PINK FLOYD THE WALL

imagesde Alan Parker (1982)

Ticket Appréciant particulièrement ce groupe, je me devais de voir ce film. En cassette vidéo dans un premier temps, puis en DVD. Il ne me manque plus que le grand écran, mais  je ne désespère pas.

Popcorn Aller-et-venue dans la vie d’une rock-star incarnée par Bob Geldof, (chanteur du groupe irlandais Boomtown Rats durant la fin des années 1970 et début 1980). L’histoire serait plus ou moins inspirée de la vie de Roger Waters, interprète principal des morceaux de Pink Floyd.

Soda Du Pink Floyd à outrance, of course, et plus particulièrement des morceaux issus de leur album The Wall, dont on notera l’omniprésence étonnante de la basse.

Clap Les images sont remarquablement adaptées à la musique. Mais, est-il besoin de présenter le travail d’Alan Parker ?  Allez, oui, ça me fait plaisir, voici une liste non exhaustive de ses réalisations : Midnight Express, Fame,  Birdy, Angel Heart, Mississipi Burning, Les Cendres d’Angela, etc…

Zigomascope We don’t need no thought control

par Lady Kiou

LA FLOR DE MI SECRETO

de Pedro Almodóvar (1995)

poster-movie-la-flor-de-mi-secreto-la-fleur-de-mon-secret-pedro-almodovar-1995-www.lylybye.blogspot.com

Ticket   Vingt piges plus tôt ou presque. Une petite salle parisienne à bobines. Je m’y précipitais pour découvrir le nouveau nectar del señor Almodóvar. Puis je suis sortie sous un ciel nuageux, les cils ébahis. Un pétale de velours, rouge brûlant comme toujours, chahuté entre des ficelles habilement tissées depuis les touches d’une surprenante machine à raconter, tombait en virevoltant sous ma carafe.

Popcorn   L’interprétation de la géniale Marisa Paredes, tout en nuances flammées, grise absolument. Autour d’elle, les actrices Chus Lampreave et Rossy de Palma récolteront nos risettes en coin, et le danseur-comédien Joaquín Cortés, nos mirettes à point.

Soda   Boîte à musique comprenant les titres : Ay amor de Bola Di Nieve, Soleá de Miles Davis, En el último trago de Chavela Vargas, Tonada de luna llena  de Caetano Veloso, et « La très majestueuse suite signée Alberto Iglesias [...] » qui « dessine avec l’appui d’un septuor quelque dix-sept esquisses orchestrales dont les couleurs varient du rose pâle au carmin le plus vif, avec parfois le concours d’un bandonéon pour tracer des courbes et des martèlements de talons pour foncer le trait. » - C. Conte

Clap   Le flamenco se danse seul, à l’origine, il serait peut-être le nom d’un couteau, il trépigne de passion, envoûtant, entre joie et souffrance. Une bobine qui ferait frémir l’âme et le coeur sur le même tempo…mmh…et celle-là vous promet déjà de vous dévoiler le pot aux roses.

Zigomascope   Le monde rose d’Amanda Gris : à butiner en version originale.

ZD

MONTY PYTHON’S THE MEANING OF LIFE

de Terry Jones (1983)

MeaningoflifeTicket   Un beau jour je me suis retrouvée face à la vérité toute grande sur mon petit écran écarquillé. Les mystères les plus mystérieux, les miracles les plus miraculeux, les aléas les plus aléatoires, enfin décortiqués par la fine équipe des Monty Python. Comprendre le sens de la vie, quelle aventure!

Popcorn   Débordants d’humour et d’esprit, les six fantastiques (comédiens-scénaristes) nous emportent dans un tourbillon savamment orchestré de sketches plus loufoques et satiriques les uns que les autres.

Soda   The Meaning of Life est signée John Du Prez et Eric Idle. Sept chansons du film ont d’ailleurs été écrites et interprétées par un ou plusieurs de ses auteurs-acteurs. Leur énergie est très très très communicative. Vous voilà prévenu(e)s.

Clap   Plouf! L’univers et ses travers, l’univers et ses espoirs, l’univers tout court, tout long, bref  voulez-vous enfin savoir de quoi il retourne?

*

Zigomascope   Comme disait Lady Kiou, « La vie devrait être ponctuée de rencontres qui nous emmènent vers un autre cinéma », et de conclure ainsi « À consommer de préférence en vo! ».

Tout pareil ; )

ZD